Suche
  • La rédaction

START Guide - C’est quoi ton job ? Qualiticien !

Aktualisiert: Jan 28

Si les entreprises ont saisi l’importance de la satisfaction client pour fidéliser et diffuser un bouche à oreille positif depuis longtemps, elles sont de plus en plus nombreuses aujourd’hui à recruter des « qualiticiens ». L’un deux, Philippe Avanzini nous en dit plus sur sa profession qui permet de corriger toutes les anomalies pour une satisfaction client maximale.

Tout d’abord, éclairez-nous sur ce métier atypique, qu’est qu’un qualiticien ? Le qualiticien est le garant de tous les aspects qualité d’une entreprise. Sa démarche s’applique aussi bien à des produits qu’à des services. Ce métier est apparu au cours du 19ème siècle avec l’essor de l’industrialisation et de la division du travail, depuis il a évolué au cours des époques. Dans mon cas, je travaille comme consultant dans le domaine de la qualité logicielle chez l’un des leaders du secteur, la société Sogeti. Quelles sont vos missions exactement ? La première de toutes est de m’assurer que le logiciel délivré satisfasse au mieux le public auquel il est destiné.

Pour ce faire, je commence par poser un constat sur les méthodes et les pratiques en place dans l’organisation, puis progressivement, j’accompagne les équipes dans la mise en œuvre d’améliorations. En parallèle, je les aide à s’approprier les outils de mesure de la qualité de leur propre travail pour créer un cercle vertueux et développer leur autonomie. J’interviens aussi en amont, avec les intervenants métiers, pour fluidifier leur communication avec l’équipe technique. Je relis les spécifications techniques et m’assure qu’elles contiennent toutes les informations nécessaires aux développeurs. Enfin, j’évalue en permanence les risques de mise en production de tous les nouveaux codes pour en informer le management et l’équipe. Vous êtes donc indispensable à n’importe quel chef d’entreprise ? Guérir coûte beaucoup plus cher que prévenir. Faire contrôler efficacement la qualité de son logiciel, idéalement par une entité indépendante, réduit considérablement les risques économiques qui pèsent sur une organisation lors de la mise en production. Un simple bug sur un logiciel interne peut paralyser la logistique d’une entreprise et lui couter des millions d’euros de pertes d’exploitation ou un défaut dans un jeu vidéo peut durablement impacter la réputation de la société.

Plus grave encore, les exemples de la fusée Ariane 5 ou de la voiture TESLA, prouvent que des défauts sur les logiciels peuvent causer des dégâts matériels voire des pertes humaines. Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez au quotidien ? L’inertie et la résistance au changement sont les pires ennemis du qualiticien, c’est pourquoi l’une des qualités primordiales pour exercer le métier et la pédagogie, tant auprès du management que des équipes opérationnelles. Mon conseil pour faire face aux changements, est d’accepter qu’ils se fassent un pas après l’autre. Quelles autres qualités sont essentielles pour exercer cette fonction ? Au risque de surprendre, le savoir-être est pour moi la qualité la plus importante d’un qualiticien. Souvent « coincé » entre les intervenants métiers, les équipes techniques et le management, il doit composer, proposer et convaincre. Être créatif dans les solutions proposées pour sortir des sentiers battus, et toujours faire preuve de pédagogie.

Le qualiticien doit occuper le terrain et communiquer en permanence. Comment avez-vous choisi cette voie ? Et quel parcours vous a permis d’y accéder ? Souhaitant mettre le mieux à profit mon appétence pour les nouvelles technologies et mon goût pour la résolution de problème, cette voie m’a parue évidente. Concernant mon parcours, j’ai fait des études de commerce et de marketing, j’ai exercé des responsabilités managériales dans le domaine de la grande distribution. A la faveur d’une reconversion professionnelle, j’ai été formé à la qualité logicielle dans un organisme spécialisé. Le métier de qualiticien reste encore peu connu, que conseillerez-vous à quelqu’un qui souhaiterait se lancer ? Au-delà des compétences techniques, c’est avant tout l’état d’esprit, la volonté d’excellence et l’orientation client qui font la différence.


Soyez joueur et n’hésitez pas à changer en permanence de casquettes : formateur, prosélyte, détective, diplomate. Surtout, il faut choisir un employeur qui saura vous former tout au long de votre carrière, c’est un métier qui évolue en permanence, vous devez être prêt à évoluer avec lui.
9 Ansichten0 Kommentare

Aktuelle Beiträge

Alle ansehen

KONTAKT

arrow&v

Hier finden Sie unsere Datenschutzbestimmungen

ZEITSCHRIFTEN

Copyright 2020 Riviera Press

COMPAGNONS NOIR.jpg
logo%20Marque%20bleu_edited.jpg
  • Linkedin Riviera Press
  • YouTube Riviera Press